Trap

Rap, drogue, argent, survie

Le beat, quand il envoie, s’abat comme le tonnerre, de quoi faire mugir les essieux de n’importe quelle bagnole, les portières en tremblent, le siège vibre à t’en faire palpiter les boyaux. La charlest crisse et lance des étincelles, comme un système d’allumage. Le roulement de la caisse claire accélère par vagues et te fait ployer comme de fines chaînes mêlées aux lanières de fouets dont les coups et les claquements résonneraient dans l’obscurité d’une cale, au fond d’une coque.

Jesse McCarthy, « Notes sur la trap » (trad. F. Quément)

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, les succès français de 13Block et Kaaris, aussi bien que les trilles de caisses claires dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre au rap à un répertoire de techniques et de structures affectives qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique. Ce livre s’attache à ces histoires d’enfermement et de fuite, grâce à des auteurs et autrices qui l’écoutent au quotidien, et qui vivent, écrivent ou militent sous son influence.

Pour cette anthologie des éditions Divergences et Audimat, qui devrait devenir aussi incontournable que le genre musical abordé, j’ai traduit les articles de Kemi Adeyemi, Jesse McCarthy et Nicholas Vila Byers.

Textes de: Kemi Adeyemi, Raphaël Da Cruz, Jernej Kaluza, Jesse McCarthy, Nicolas Pellion, Forrest Stuart, Nicholas Vila Byers

Édité par Guillaume Heuguet et Etienne Menu

Traduction :
Jean-François Caro (pour l’article de Forrest Stuart)
Hervé Loncan (pour l’article de Jernej Kaluža)
Fanny Quément (pour les articles de Kemi Adeyemi, Jesse McCarthy et Nicholas Vila Byers)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *