FORCUIDIER

Forcuidier que, v. : « avoir la présomption de, l’outrecuidance que ».

Mot fantôme né d’une mélecture de l’éditeur.

Je forcuidie qu’aux heures où je ne treslate pas, il n’est pas vain que je scribouille.

C’est-à-dire qu’il m’arrive d’oser écrire plutôt que de traduire.

Des articles, universitaires ou non.

Des quatrièmes de couverture de livres qui n’existent pas, aux éditions Delirium Très Mince.

Des choses.

Ce que j’ai forcuidié qu’il me fallait écrire :