Carol Ann Duffy – « Nu féminin debout »

« Standing Female Nude », 1985

Nu féminin debout


Six heures à tenir pour quelques francs.
Ventre miches nibard en plein jour,
il me prend mes couleurs. Un peu plus à droite,
Madame. Et merci de ne plus bouger.
Mon sort sera d’être analysée et pendue
aux murs de grands musées. La bourgeoisie s’extasiera
devant l'image de cette pute à marins. Ils appellent ça de l’Art.


Peut-être. Il s’inquiète des volumes, de l’espace.
Moi, du prochain repas. Vous maigrissez,
Madame, faites attention. J’ai les seins qui tombent
un peu, il fait froid dans l’atelier. Dans les feuilles de thé
je vois la Reine d’Angleterre contempler
ma silhouette. Magnifique, murmure-t-elle
en passant. Ça me fait marrer. Il s’appelle


Georges. Les autres disent que c’est un génie.
Il lui arrive de perdre sa concentration
et de tendre vers ma chaleur.
Il s’empare de moi sur la toile chaque fois qu’il trempe
sa brosse dans la peinture. Petit homme,
tu ne pourras jamais t’offrir les arts que je vends.
Aussi pauvres l’un que l’autre, on se débrouille comme on peut.
Je lui demande Pourquoi faites-vous ça ? 
Il le faut. Je n’ai pas le choix. Taisez-vous.
Mon sourire le trouble. Ces artistes
se prennent trop au sérieux. Le soir je me gorge
de vin et je danse de bar en bar. Il me montre fièrement
l’œuvre achevée, allume une cigarette. Je dis
Douze francs et j’attrape mon châle. Elle ne me ressemble pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *