Fernández Pascual & Schwabe – New York, forêt capitale

Dans le détail des économies « vertes »

« Ce ne sont pas les doubles vitrages ni les certificats du LEED qui vont permettre à l’humanité de faire preuve de résilience face au changement climatique. Au contraire, ces mesures vont continuer d’instrumentaliser la « résilience » dans le but de créer de nouveaux marchés. De nouvelles formes de capital monétisent l’environnement en « épargnant » la nature. Depuis l’effondrement du marché de l’immobilier en 2007-2008, un nombre grandissant d’investisseurs internationaux et d’établissements de crédit ont troqué la spéculation immobilière contre le commerce du capital naturel. Ce que l’on observe à New York n’est qu’une facette d’un marché en plein essor qui, en étiquetant les arbres, dépossède les habitant.e.s de leur environnement. »

Ma traduction complète de cet article est disponible dans le numéro zéro de la revue Habitante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *