Tim Lawrence – « Qui a gentrifié le NYC post-disco ? »

La responsabilité en partage.

« Si certains artistes de Downtown produisaient des pièces que les défenseurs du néolibéralisme pouvaient s’approprier, la plupart d’entre eux travaillaient de façon collaborative, sans produire d’œuvres transformables en marchandises. »

L’intégralité de l’article est disponible dans le dixième numéro de la revue Audimat, ainsi que sur Cairn.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *